Manger l’autre : Ananda Devi

EN BREF

Elle a 16 ans , est obèse et isolée . Sa mère s’est enfuie , a abandonné sa fille , horrifiée par l’image que cet énorme bébé lui renvoie .

Comment , elle, si mince, se moulant parfaitement dans les codes de ce monde a pu en arriver là . Elle renie son enfant , commence alors le rejet de la personne par son propre créateur.

Son père, persuadé que sa fille a mangé sa sœur jumelle in utero, la dorlote , ou plutôt les dorlote. Il cuisine de merveilleux plats pour ses filles chéries, se voilant la face.

Elle est moquée, montrée sur les réseaux sociaux par ses camarades de classe , sans répit aucun . Mais un jour elle rencontre l’amour. Arrivera t’elle à accepter l’autre , elle qui ne se voit que comme un monstre gargantuesque ?

MON AVIS : ROMAN A LIRE ABSOLUMENT

Le résumé ne reflète pas toute la profondeur de ce roman .

Véritable personnification de la société de consommation dans laquelle nous vivons, nous assistons à un gavage voué à l’autodestruction de cette jeune fille , qui d’ailleurs n’est jamais nommée , négation de la personne tout entière.

Culpabilité des uns au travers de la mère , aveuglement d’autres au travers du père . Ce dernier goinfre sa fille littéralement de plats en pensant bien faire . Elle veut , elle aura.

Sans réfléchir si elle en a réellement besoin et si sa santé n’est pas en danger .

Ce père qui entraîne sa fille dans un dédoublement de personnalité malsain en lui faisant penser que si elle est obèse c’est parce qu’elles sont deux , elle et sa sœur jumelle qu’elle aurait avalé. Ce dédoublement qui lui sera d’ailleurs fatal. (mais je n’en dis pas plus)

Une autodestruction programmée , inconsciemment par ces adultes qui n’arrivent plus à suivre ce rythme effréné et assistent , à la fois complices , coupables et victimes à cette folie gloutonne.

Critique de l’oeil (internet) qui n’épargne rien à personne, qui ne laisse aucune seconde chance à cette jeunesse à la fois surexposée et invisible dans la masse du narcissisme envahissant.

Absorbée, engloutie par ce récit que l’on consomme à une allure vorace comme le personnage principal engloutit les plats de son paternel.

J’ai adoré lire ce roman, écrit avec beaucoup de style et dans lequel on reconnait aisément la société sans limite dans laquelle nous vivons, cruelle , mais présente car nous la nourrissons.

L’intelligence de traitement de différents sujets tabous m’a fait apprécier ce livre accessible à tous , qui a été rédigé par l’ethnologue , Ananda Devi .

J’espère que je vous ai ouvert l’appétit et que comme moi vous dévorerez ce livre avec frénésie . Si vous avez aimé n’hésitez pas à aimer et à commenter si vous aussi vous avez « manger l’autre «  😉

PEACE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *